Bientôt sur Mars!

Petit diaporama du paysage martien avant une éventuelle colonie humaine…Investisseurs immobiliers? à vos portes-feuilles!!

« Si nous n’avons pas appris à vivre en harmonie avec notre planète, nous allons transporter notre comportement ailleurs… »  (Hubert Reeves)

Buzz Aldrin ne le voit pas de cet œil.

Les USA ont envoyé 12 personnes sur la lune. Neil Armstrong a initié la démonstration de force le 21 juillet 1969.

« C’est un petit pas pour l’Homme, mais un bond de géant pour l’humanité »

Buzz Aldrin 1969

Le premier homme à apparaître sur un cliché lunaire c’est Aldrin. Ce qui est bizarre c’est qu’on ait que cinq photos de Neil. Aucune plein cadre comme celle de Buzz ci-dessus.

Rare photo de Neil Armstrong prise par Buzz Aldrin

Ironisant auprès des journalistes:
« Pourquoi si peu de photo de vous sur le sol lunaire? »

Neil avait répondu:

« Buzz était bien plus photogénique que moi! »

À l’époque, on disait que Buzz Aldrin ne digérait pas sa jalousie envers Neil Armstrong, préféré par Houston. Ces réactions s’observent chez certains athlètes qui on raté la plus haute marche.

1932 Année de l’apparition des podiums olympiques

Buzz est un sanguin au caractère trempé, parfois imprévisible. Plus posé et d’un calme légendaire, Neil avait  fait pencher les votes en sa faveur. Mais Buzz, qui était très croyant, avait surpris tout le monde en improvisant une petite messe en direct et en mondovision une fois le module posé sur la mer de la tranquillité. Peut-être une manière de rétablir l’équilibre ? Nous ne le saurons jamais. Franc-Maçon très actif, il aurait même déposé des symboles comme cet aigle à deux têtes sur la Lune. 

Sans être croyant ou franc-maçon, n’auriez-vous pas été, ne serait-ce qu’une minute, le dévoué photographe de votre commandant de mission s’il avait réussi cet exploit de poser le module intact – unique moyen de retour –  à des kilomètres de l’endroit prévu par Houston?

Mer de la tranquillité

À sa décharge, Buzz n’a pas été le seul à être conditionné depuis l’enfance pour le sommet; la lutte pour les places est devenue une autre définition de nos sociétés. Dans certaines familles – et pas seulement militaires ou de la haute bourgeoisie – apprendre à se contenter  c’est pour les looser.

Sacré Buzz! Cette fois pas de buzz. Dur à avaler quand on a été nourri au biberon de l’élitisme, héros de la guerre de Corée, militaire dans l’âme.

Ne soyons pas trop durs avec nos héros.

La paix reste très relative sur terre. C’est souvent celle dont parle Buzz ci-dessus, qui déclenche pas mal de colère chez beaucoup de gens. Pourquoi?

Les européens peuvent-ils changer ça? Nous y reviendront plus bas, dans les propositions concrètes. 

Pour ce qui concerne notre sujet, la vie n’est pas faite que de courses aux places sur les podiums podiums.
Jean Ziegler nous rappelle qu’une grande partie des gens sur cette terre ont d’autres priorités plus basiques:

« Le bond de géant » disait Neil Armstrong? C’était pour mieux enjamber les zones de déchets qui grandissent sur la planète et retomber dans les beaux quartiers où il est né.

Comme le stipule l’article 1 des Droits de l’Homme de 1789:

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune » 

Pourquoi le message ne passe-t-il toujours pas?

Contrairement aux grecs de Platon

Platon 428-348 AV J-C

ou aux romains de Cicéron,

Cicéron (106-43 AV J-C)

Les moyens ne manquent pas pour les grands projets au-dessus du sol:

Alors qu’est-ce qui bloque sur le plancher des vaches?

Dans l’histoire on a déjà essayé cette méthode:

Le marxisme n’a fait qu’exacerber le ressentiment collectif. Dans le même temps il a culpabilisé toute initiative d’émancipation individuelle. En URSS il n’a conduit qu’à la répression et la corruption.

Petit diaporama de ceux qui ont désobéi au régime.

Chute du mur de Berlin 1989

Côté chinois, le pouvoir a été obligé de lâcher du lest pour la propriété privée. Mais l’absence de droit des peuples à choisir leurs dirigeants n’est plus masquée par le pléonasme « République Populaire. » 

Tiananmen 1989

Au Cambodge Pol Pot et les Khmers rouges sont responsables du génocide cambodgien avec 1,7 millions de mort.

Pol pot (1925-1998)

Les khmers rouges photographiaient chaque prisonnier avant de l’exécuter par balle.

Le Vietnam s’embrase dans une guerre de vingt ans toujours au nom du communisme. Des centaines de milliers  de vietnamiens, laotiens, cambodgiens fuient la fureur révolutionnaire au nom d’une idéologie politique se voulant populaire. 

En Amérique du Sud, la fameuse colonne dont rêvait Ernesto Guevara, remontant l’Amazonie, grossissant de révolutionnaires à chaque pays traversé, cette mobilisation massive n’a pas eu lieu. Une des raisons principale? Des réformes agraires successives qui donnèrent aux paysans un lopin de terre pour calmer leur colère: le Che échoua dans le but qu’il s’était fixé: exporter la révolution cubaine en Amérique latine. 

Dr Ernesto Guevara dit le « Che » (L’argentin)

Pour plus de renseignements lire la guérilla du Che, de Regis Debray. 

Régis Debray

Donc le communisme, stop ou encore?

L’autre méthode est en cours dans les pays démocratiques. Mais le libéralisme fait-il le job correctement?

Historiquement, son patrimoine s’est constitué par la force.
Un point pour Marx.

Karl Marx (1818-1883)

Nous savons aussi que le capitalisme brut, la privatisation tous azimuts sans l’intervention de l’Etat mène à des crises économiques terribles.
Un point pour Keynes.

John Maynard Keynes (1883-1946)

Entre Marx et Keynes une voie possible? Réaliser ce rêve d’un nouvel internationalisme sans passer par la violence? (ou presque pas…)
Amin Maalouf s’exprime à propos du « naufrage des civilisations » titre de son dernier essai:

Dimanche 5 avril 2020:
En plein confinement depuis 1 mois, je verse à cet argumentaire une extraordinaire pandémie de Coronavirus qui touche 181 pays. Toutes les économies du monde sont à l’arrêt. Les frontières sont fermées. Les gens sont cloués à la maison par des mesures drastiques de confinement.

Et une deuxième vague. Situation au 1.11.2020: On passe la barre de 1 million de morts avec 1 195 930 décès.

Bientôt la vaccination, mais pas pour tout le monde…Israël sera le pays le plus rapide à vacciner sa population car le gouvernement a acheté les doses au prix fort.

Situation au 4 janvier 2021: bientôt 2 millions de morts

La politique classique est-elle capable de nous défendre de ce fléau ? Ayant enquêté sur les grandes épidémies de peste et de choléra au 18ème et 19ème siècles, un sociologue néerlandais avait fait une découverte prometteuse…Pierre Bourdieu nous raconte:


Notre système économique est-il en partie responsable de cette pandémie? Noam Chomsky en plein confinement:

Extrait du Téléjournal du soir Suisse romande (6/04/20). Pas facile de s’arracher de l’hypnose subliminale.

Des gens de tous bords reprennent le même thème de l’épuisement des machines à broyer; qu’elles soient communistes ou hyperlibérales, leurs mécaniques commencent à rouiller. Est Ouest, Nord Sud, les jeunes n’avalent plus la soupe de la liberté, qui est avant tout celle des puissants – de tous les régimes –  aux manettes depuis toujours. 

Daniel Balavoine avait commencé très tôt à se méfier de la polarisation politique:

Comme si les problèmes politiques ne suffisaient pas, viennent se rajouter les problèmes écologiques liés au développement des pays qui désirent nous imiter. Facile pour nous autres privilégiés de leur faire des leçons. 
Doit-on demander aux riches de construire des logements et des champs cultivables sur leurs propriétés privées pour arrêter le massacre?

Certains feraient-ils un geste?
S’ils réalisent que de vouloir absolument tout garder va leur faire absolument tout perdre, peut-être…
Pourquoi ne pas inventer un prix Nobel spécial, pour inciter des gestes de ce style? Briser les murs des classes pour la sauvegarde de l’espèce entière?
Au fait, à qui servent les prix Nobel de la paix et tous les autres?

Prix Nobel de la paix

Pour ceux que ça intéresse:

Mais les barrières de classes sont difficiles à abattre, parce qu’elles se cachent à l’intérieur de nous. Pour certains, l’espèce humaine est divisées en plusieurs sous-espèces dont il est normal que certaines soient vouée à une simple survie au jour le jour, sans projet, sans espoir. Ces gens nous disent tranquillement que c’est comme ça, c’est la sélection naturelle, la nature de l’humanité, etc. On appelle ça le darwinisme social. Darwin lui-même se retourne dans sa tombe.

Charles Darwin (1809-1882)

Côté religion? Rien de nouveau sous le soleil.

En regardant autour de nous, comment compter sur la religion?

Dostoïevski disait à l’époque:

« Si Dieu n’existe pas, tout est permis »

Fédor Dostoïevski (1821-1881)

Avec ou sans dieu c’est déjà tout permis pour certains.

Peut-être allons-nous assister à de petits miracles de générosité chez les riches? Mais ne rêvons pas trop. Les déterminismes sociaux sont coriaces. C’était écrit.

Heinrich Hofmann. Christ and the rich man

Il y a plus de deux mille ans, un dénommé Jésus prévient gentiment un homme très riche qui voulait suivre ses enseignements: à sa question 

« – Que me manque-t-il encore? » 

Jésus lui répondit: 
 » – Si tu veux être parfait, va vendre tes biens, distribue le produit de la vente aux pauvres, et tu auras un capital dans le ciel. Puis viens et suis-moi ». 
Quand il entendit cela, le jeune homme s’en alla tout triste: car il était très riche. »
 
(Matthieu 19. 21-22) (Marc. 10. 22) (Luc: 18. 22-23)

Les riches ne sont pas si tristes de nos jours. Peut-être même que sur les quatre-vingt- cinq personnes qui possèdent plus de la moitié des richesses mondiales, une ou deux essayent d’être joyeuses?

Une politique désintéressée? Sans corruption?
L’adage « tous pourris » peut-il faire faux parfois? En Amérique du Sud, le président Rafael Correa pour l’Equateur a montré une voie intéressante de négociation ferme avec des multinationales pétrolières.



Rafael Correa (président de l’Equateur de 2007-2017)

 » Beaucoup de contrats pétroliers sont un véritable piège pour le pays. Sur cinq barils de pétrole produits par les multinationales, ils n’en laissent qu’un pour l’État et en prennent quatre … C’est absolument inacceptable. Nous allons réviser et renégocier les contrats.  »  (R. Correa)

Entre 2007 et 2014, la pauvreté en équateur est passée de 36,7% à 22,5%.

Le danger n’est peut-être pas la propriété privée. D’accord… Encore faut-il mettre des garde-fous aux limites admissibles du « privé » dans un contexte où un très petit nombre de gens possèdent les parts les plus grosses du gâteau planétaire.

Et si tous les grands médias s’y mettaient?
Mais le 4ème pouvoir n’est pas là pour établir la paix sur terre. Installés et maintenus aux premières loges par les pouvoirs de chaque pays, la machinerie industrielle de l’info dite « officielle » est huilée par l’ordre établi tous les jours. Et gare à ceux qui veulent faire du vrai journalisme!


« Les médias, ces fabricants de consentement à la solde du marché » (N. Chomsky)

En ce qui concerne le nœud de notre affaire: la propriété privée…Tout le monde voudrait posséder quelque chose à lui, même immatériel, pourvu qu’il soit le fruit de son travail, de son talent. Sommes-nous pour autant des bourgeois égoïstes au fond de nous?

« À ceux qui croient que mon argent endort ma tête je dis: il ne suffit pas d’être pauvre pour être honnête. »

Daniel Balavoine

« Fils de césar ou fils d’apôtre, tous les enfants sont comme le vôtre; fils de bourgeois ou fils de rien, tous les enfants sont comme le tien. » 

Jacques Brel

►Propositions concrètes◄

Devant l’impuissance des grandes structures internationales comme l’ONU, l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale, nous proposons la création d’une Confédération  Humanitaire Internationale munie de sa propre force armée. Une force onusienne rapidement déployable, c’était le souhait du regretté secrétaire général et prix Nobel de la Paix : Kofi Annan. Extrait :

l’ONU en sera l’instance faîtière et coordonnera son action dans tous les pays rattachés par simple votation. Cette étape de plus permettra aux pays confédérés de ne plus perdre du temps dans de difficiles voire impossibles résolutions du conseil de sécurité.

Votation à l’ONU

La priorité absolue sera d’instaurer sur les lieux les plus urgents soins sanitaires et sécurité. 

Sous la houlette de Bernard Kouchner, co-fondateur de Médecins Sans Frontières et médecins du monde, une seule mission de soutien des humanitaires à été votée par l’ONU. (résolution ONU 1778 du 25 septembre 2007)

EUFOR  AU TCHAD ET EN RCA MANDATÉE PAR L’UNION EUROPÉENNE 27 PAYS

Capitale mais toujours défaillante, la deuxième phase plus politique devra s’inscrire dans la continuité. Entre ingérence et non assistance aux populations en danger, la confédération mettra en jeux tous les autres mandats classiques d’une instance supranationale avec les structures locales (s’il en reste). Et pour ce faire, plus question de plier bagages trop vite ni de botter en touche « neutralité » moins par légalisme que par peur. Les droits humains ne sont pas seulement des secours médicaux, accessibles sur les champs de batailles ou dans des hôpitaux de fortune pris pour cible sans vergogne.

Hôpital investi par MSF Syrie

Salle d’opération. Alep

Bernard Kouchner et le professeur Mario Bettati, juriste en droit humanitaire, ont co-écrit un ouvrage en 1985 intitulé:
« Le devoir d’ingérence » 

Dans ce réquisitoire contre l’inaction étatique, il s’agit de sortir des schémas tronqués du conseil de sécurité de l’ONU, seule instance toujours valide à autoriser la force armée si nécessaire…

Mario Bettati (1937-2017)

Mais qu’est-ce que le « nécessaire? » aujourd’hui, en 2020?

Contestée par les souverainistes durs, la question d’un humanisme multinational et – militarisé –  reste toujours délicate, puisque le conseil de sécurité s’est arrogé le droit de veto sur toute décision en leur défaveur, donc verrouillage de toute possibilité de perdre la main sur la domination du monde.

Jean Pierre Chevènement, ancien ministre de la défense, dénonçait à l’époque le devoir d’ingérence comme une forme de néo-impérialisme… 

Jean-Pierre Chevènement vers 1985

 La notion de corridors humanitaires, première instance autorisée par l’ONU à percer le blindage des souverainetés, a été acquise grâce à l’ impulsion d’hommes comme eux.

« Fallait-il les laisser mourir? » (Bernard Kouchner dans son discours à l’ONU au sujet des boat-people.)
Bateau île de lumière au secours des boat-people vietnamiens

Les avancées des humanitaires ont permis plusieurs actions de sauvetage pendant la guerre du Biafra (Nigéria 1970). Les suisses de la croix rouge et d’Henry Dunant ont poussé la neutralité d’un cran de plus dans l’action, à l’exemple d’Edmond Kaiser, fondateur de Terre des Hommes.

Edmond Kaiser Fondateur de terre des Hommes (Biafra 1968)

Le témoignage d’Edmond Kaiser m’évoque cette phrase de Samuel Beckett dans:  » En attendant Godot »

« Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un instant, puis c’est la nuit à nouveau. En avant! »

Tout organisme est en recherche constante d’équilibre. Principe défini par le physiologiste Claude Bernard au 19ème siècle, l’homéostasie biologique est-elle applicable à nos systèmes sociaux?

Claude Bernard. Médecin (1813-1878)

Homéostasie signifie « similaire » et « action de se tenir debout »…(source Wikipédia). Depuis que Platon a inventé la politique, n’y-a-t-il pas quelque chose qui nous échappe?

« Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre. »

Disait Spinoza dans son traité politique. Mais ne soyons pas naïfs: qui sur cette terre souhaite que les uns possèdent tant de richesses et d’autres presque rien? L’homme a érigé des frontières, créé des états-nations pour protéger la liberté de son peuple; mais une fois confortablement installé dans sa liberté personnelle, il a vite oublié tous ceux qui, sous le même drapeau, n’ont plus accès à cette liberté. Cherchez l’erreur. Nous essaierons tout au long de cet argumentaire en trois parties de prouver qu’un nouvel internationalisme est possible et qu’il passera par les forces humanitaires. Comparables à l’homéostasie, ces forces d’équilibrage en place depuis Henry Dunant et les conventions de Genève sont déjà déployées à l’extérieur des frontières, sur les zones de conflits et leurs cortèges de fléaux; mais ces dernières décennies, l’humanitaire s’implante durablement à l’intérieur des pays riches qui les ont inventées, ces mêmes pays qui portent secours à l’international. La boucle de l’humanitaire sur elle-même, dans nos quartiers, nos rues, nos hospices – même nos hôpitaux débordés – , signe l’échec des politiques classiques.

Par-delà les critiques stériles, les propositions qui vont suivre s’inscrivent dans la continuité logique d’un paradigme hyperlibéral installé depuis les années quatre-vingt dont nous reparlerons plus bas, avec Amin Maalouf, Pierre Bourdieu et Jean Ziegler.

« Le droit international n’existe que dans les manuels de droit international »

(Albert Einstein. Pensées intimes. Anatolia/Rocher)

À une mondialisation sans règles et soumettant les états à ses appétits sans limites, nous opposerons une Confédération Humanitaire Internationale munie de sa propre armée permanente. Débordés depuis plus de quarante ans, les états qui prêtent de temps en temps quelques casques-bleus par-ci par-là, au gré de leurs intérêts géostratégiques, persistent à nier l’évidence. L’ingérence économique intrusive sans contrôle, alliée à la non-neutralité des résolutions onusiennes impose une réaction puissante, coordonnée et profondément éthique.

« Il y a des époques où le climat du monde est propice aux choses éthiques. Parfois les hommes se font confiance et créent le bien »

(Einstein. extrait conversation enregistrée par Algernon Black. 1940)

C’est, selon nous, le seul moyen de refermer la boîte de Pandore que nous avons ouverte et qui est sur la table du conseil de sécurité.

Où cesse l’État, là seulement commence l’homme qui point n’est superflu.

(Nietzsche. Ainsi parlait Zarathoustra. De la nouvelle idole)

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanitaire est posée la question clé du devoir d’ingérence. Sous l’impulsion d’une nouvelle ONG comme « Médecins sans Frontières » la chape de plomb de la souveraineté se fend quelque peu pour laisser place aux acteurs de secours.

Comment cette question de l’ingérence a-t-elle évoluée depuis? Les corridors humanitaires ont plusieurs fois supplanté momentanément les souverainetés nationales défaillantes, comme lors de ce fameux plan « Restore Hope » lancé par les USA de Bill Clinton en Somalie, en 1992-93. 

Résolution 794 des nations unies.

Malgré toutes les bonnes volontés, la méthode américaine n’a pas permis aux phases diplomatiques nettement plus complexes d’instaurer la paix sur place. S’il est vrai que de nombreux civils ont échappé au pire, que les reconstructions s’étaient mises en chantier, l’action militaro-humanitaire Restore  Hope est considérée aujourd’hui comme un échec politique.

Kouchner dans le plan Restore Hope en Somalie 1993

Où en est-on en 2020? Comment juger le commandement des USA lorsque nous autres européens ne faisons pas mieux à nos portes ou à peine plus loin? La sécurisation des camps de réfugiés, la protections des déplacés, l’approvisionnement  en vivres et médicaments, les soins d’urgence aux blessés, etc…sont de plus en plus difficiles à assurer, tant pour les bénévoles de plus en plus rares que pour les professionnels du secours. En suivant l’actualité mondiale, chacun de nous peut sentir que ce cycle infernal doit être rompu. Prisonniers impuissants dans l’œil du cyclone, les humanitaires du XXIème siècle ne doivent plus rester figés dans l’histoire sanglante mais s’en extirper et en écrire une autre. Les vrais héros ce sont eux; nos leaders de demain qui prendront leur défense en main. Ce que les cyniques appellent le « droitdelhommisme » et les gens normaux l’humanisme, détient le pouvoir de briser sa spirale maudite. Aux côtés des populations qu’elles soulagent, nourrissent, même guérissent parfois, les acteurs de secours sont à la meilleure place pour devenir ce socle nouveau, ce tremplin vers un nouveau monde.

Tous ces malchanceux du hasard de la naissance espèrent de nous-autres, héritiers d’Henry Dunant et des Lumières, autre chose que des larmes et des souhaits de « bonne chance ». Mais lorsque la mission est terminée, il faut repartir chez nous à l’abri des bombes, avec ce souvenir de leur visage, de leur main fébrile ou froide au moment de la séparation. C’est ça l’humanitaire moderne. Pas de place pour les sentiments. Surtout ne pas compter sur les accords de Genève ou la grandeur d’âme des belligérants. Tout ça c’est fini. Gorgés d’adrénaline plus que d’espoir, il faut s’arracher de notre confort qu’on ne voit même plus; tels des chevaux de course coiffés d’œillères expulsés de leur cage de départ, il faut débarquer sur des terres à feux et à sang, sauver tous ceux qui peuvent l’être. Mais pour tout ça, rester vivant.

C’est dans l’attentisme d’une politique internationale engluée dans ses propres contradictions que les opinions populaires basculent. Tôt ou tard, les intérêts cachés des grandes puissances nous trahissent et trahissent l’idée initiale d’Henry Dunant.  » L’ONU fait ce qu’elle peut mais elle doit se renouveler de l’intérieur. » avait dit le regretté Kofi Annan qui n’a pas réussi le tour de force. On lui a donné un prix Nobel. C’est comme un jeu infernal de la culpabilité collective. Le point commun des prix Nobel de la paix? Pas besoin de l’expliquer.

Le pourquoi du comment de cette hypocrisie? Une ébauche de piste sur cet article. Mais bon, vous le savez déjà…



De gauche comme de droite, aucun homme politique, excepté Trotski peut-être, n’a réfléchi sur l’ensemble de la condition humaine ouvrière. Discrédité pour la plupart en légitimant la violence, Trotski est allé même jusqu’à rétablir la peine de mort pour imposer sa révolution. 

PS: Pour ceux que ça intéresse, il y a une série courte sur N…..x en russe pour les courageux camarades!! (C’est comme tout: il n’y a pas que du mauvais chez les hypnotiseurs professionnels.)

Lev Davidovitch Bronstein alias Leon Trotsky (1879 – 1940), 1930s. (Photo by Hulton )

Sa social-démocratie n’est devenue qu’une forme de bourgeoisie remodelée qui laisse toujours la place aux ogres du capital. S’il voyait notre monde aujourd’hui, conseillerait-il encore d’armer les ouvriers? Comment convertirait-il la violence pure en action non-sanglante? Quel homme ou femme détient les clés politiques d’une révolution globale pacifiée? L’oxymore fait mal aux oreilles mais nous devons passer au-delà du langage et de ses règles.

Nous devons créer un entrisme humanitaire structuré, protégé par son propre corps militaire, dans tous les lieux en souffrance. Aider plus loin que le présent d’une actualité mortifère qui en chasse une autre dans un cycle infini: c’est le pas à franchir. Ceux qui nous le reprochent? C’est leur droit le plus strict; mais ils ne pourront plus nous bloquer par un « non » complice. Les leaders humanitaires et caritatifs doivent eux-aussi changer de stratégie, sortir de la peur qui paralyse et tue leurs propres effectifs années après années. Sont-ils devenus masochistes au point que certaines grandes structures ne veulent pas entendre parler d’une armée permanente à leurs côtés sans sortir immédiatement les griffes de la neutralité? Tout est politique, même l’humanitaire. (Voir la vidéo ci-dessus de Bernard Kouchner). Ne pas le reconnaître conduira aux mêmes répétitions hypocrites. Que signifie neutralité? Abandonner aux milices et aux gangs ceux que nous avions sauvé de la mort six mois, un an auparavant? La Suisse où est né Henry Dunant et sa Croix Rouge a été neutre pendant la guerre. Demandez l’avis de Jean Ziegler si cette neutralité a été bénéfique à ceux qui fuyaient la folie nazie autour d’une Suisse neutre.

L’inversion des couleurs sans toucher aux lignes prédispose-t-il à un pouvoir de circuler malgré des tracés qu’on appelle « frontières nationales »? 

J’avais prévenu plus haut. Nous balayons devant toutes les portes, y compris les plus propres a priori, c’est à dire les nôtres! Car nous voulons mettre un terme à la politique mondiale classique, de droite comme de gauche, qui est aussi le terreau d’un immobilisme complice. (Une pétition dans ce sens sera bientôt disponible en fin de page)
Plus expérimentée sur le plan diplomatique que nos ex-alliés d’outre-Atlantique, l’Union Européenne a sa carte à jouer. Et cette carte n’est pas un atout mineur. 

S’élargir, mais pas dans un vide politique. La force d’une Confédération Humanitaire Internationale est de garder le lien décisionnel de chaque nation tout en négociant chaque point avec les gouvernements confédérés. Habitat, éducation, social, etc…Restore Hope et tous les autres plans militaro-humanitaires de grande ampleur ont échoué sur le long terme; nous savons maintenant pourquoi. Par conséquent nous allons essayer de faire ce pas de plus que nous détaillerons plus bas. Pour les financements nous y viendrons au 3ème chapitre : le nerf de la guerre.

Les casques bleus qui ont été déployés jadis dans ces différents plans d’urgence étaient simplement des militaires prêtés par les pays membres de l’ONU; dans notre approche ils devront reprendre du service mais de manière permanente et indépendante de l’OTAN. 

Casques bleus marocains

La plupart des armées professionnelles européennes ne demandent pas mieux que de remplir une vraie mission de défense à grande échelle, aux côtés des travailleurs humanitaires, dans le respect des populations autochtones, plutôt que d’éternelles manœuvres coûteuses pour pas grand chose; ou des opérations extérieures nébuleuses et controversées chapeautées par l’OTAN.

Récit du général Jean-Philippe Ganascia invité à la remise du prix Henry Dunant 2018 décerné à la présidente juridique de MSF: Françoise Bouchet-Saulnier (toute à droite sur l’image. Extrait du discours plus bas)

Le général Ganascia en images:

Ce qui a été fait à une échelle réduite doit pouvoir se renouveler au sein d’une confédération plus étendue.

L’Europe qui attend la création de son premier corps de défense commun depuis l’autorisation par le traité de Lisbonne (article 42) ne doit plus être un logo vide de sens politique, attendant l’adoubement suprême des grandes puissances pour aller vers son destin. 

Eurocorps

Toujours en devenir depuis l’alliance de François Mitterrand et d’Helmut Kohl, il est composé de cinq membres permanents: Luxembourg, Allemagne, Espagne, Belgique, France.

Les nations associées sont la Grèce, la Turquie, l’Italie, la Roumanie et la Pologne.(Source Wikipédia)

François Mitterrand et Helmut Kohl. 22 septembre 1984

L’ U-E peut redorer son blason aux côtés de cette coalition nouvelle, rompant avec la naïveté et l’attentisme, cette confédération que nous appelons de nos vœux.

Soutenue par des ONG partenaires de longue date, comme la Fédération Internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge – la plus grande institution humanitaire du monde – , le champ d’action sera plus vaste et plus efficace. La force multinationale pourra renforcer l’action des humanitaires en place à l’étranger, mais également venir en soutien de la sécurité intérieure de chaque pays qui la demande. Les structures onusiennes de soutien policier pour les états instables ou défaillants existent déjà depuis 1960. La C-H-I aura les pleins pouvoirs d’une nouvelle politique humanitaire déployée dans chaque états qui la constituent. Cette supranationalité s’exerce déjà dans le domaine de la justice; elle deviendra exécutive en ce qui concerne les droits fondamentaux qui seront étendus. Pour les pays qui ne veulent pas s’y joindre, rien ne changera; les résolutions continueront à être votées à l’ONU. Au fil des années, les non-signataires constateront peut-être l’efficacité de cette structure d’inclusion inédite, dont le mandat ne sera plus cantonné à l’urgence mais à d’autres extensions stratégiques du droit international. Libre à eux d’y adhérer à posteriori.

Police créée en 1960 par l’ONU en soutien de la sécurité intérieure des pays instables

Résolution ONU numéro 1551.

Cocarde Eufor Althea

En 2004 sous la bannière de l’EUFOR Althéa, une coalition déployée en Bosnie-Herzégovine a permis de sécuriser les villes et villages en soutien de la police officielle encore sur place: 
Liste des pays participants: 

De 1992 à 1995, sur la demande des humanitaires sur place, la FORPRONU avait pour mission de sécuriser les zones sensibles de l’ex-Yougoslavie, en Croatie.

Résolution numéro: 743 du 21 février 1992.

Ce qui n’a pas empêché le massacre de Srebrenica en juillet 1995.

Cimetière de Srebrenica

Dans cette approche nouvelle, politique intérieure et extérieures seront définitivement inséparables. La plupart des guerres sur le globe ne sont plus étatiques mais multiformes; ce qui constitue la preuve des liens de cause à effet entre idéologie économique, politique et religieuse. Seule une instance supranationale hétéroclite permanente peut faire la différence et neutraliser chaque aspect négatif de ces piliers de l’identité.

Bosnie-Herzégovine évacuation des blessés.

La guerre dans l’ex-Yougoslavie a fait plus de cent mille morts dont la moitié de civils au cœur même de l’Europe.

Les organisations humanitaires sont en demande constante d’une instance neutre. Mais neutre ne doit plus signifier inactive. Au stade d’avancement de l’histoire des guerres et de leur transformation perverse en guerre contre le terrorisme, il nous semble que la seule manière d’être neutre est celle-ci: fédérer nos différences pour une cause inaliénable: les droits de l’homme et du citoyen. À l’aube d’une catastrophe planétaire sans précédent, l’esprit de corps face à l’immensité de la menace sera le credo de la future Confédération-Humanitaire-Internationale. 

Les animaux en sont capables; pourquoi pas nous?

Action de la FICR dans le mode entier. À droite, Elhadj AS Sy président de la fédération internationale de la croix rouge et du croissant rouge. Prix Nobel de la paix 1967. Le socle est déjà présent pour aller plus loin.

Revenons un instant sur l’Intérieur. À moins de se voiler la face, les événements violents dans nos villes sont à une l’échelle réduite de la même nature que les guerres non-étatiques. Les jeunes s’embrigadent pour des causes extraterritoriales ou s’endoctrinent sous l’influence d’Imams obscurs, dont les discours habiles s’abreuvent d’une politique étrangère d’ex-colons que nous sommes et qui n’est pas sans failles.

La recherche du statut victimaire est une quête trop facilitée par nos atermoiements coupables. Une vraie autocritique ne suffit plus. Seule l’action unie pourra ramener les jeunes générations à la raison.
En France, les plans comme Vigipirate ne font pas l’unanimité. Le seul mot de Vigipirate est un reflet du clivage subconscient maintenu entre d’un côté les bons (nous les vigilants) et d’un autre les mauvais (eux les pirates). Cette linguistique séparatiste créée par nous doit être définitivement rompue.
C’est ce que George Orwell appelait Novlangue dans son fameux roman toujours d’actualité, 1984.

N‘en déplaise à Michel Onfray et ses copains, la sociologie a pris le relais des philosophes du peuple; car la pensée c’est beau, mais la pratique c’est mieux, surtout si l’on a rien d’autre à apporter qu’une « élégance Baudelairienne » à côté de la plaque.

Le bateau est pourri à la source par une politique d’intégration calamiteuse qui ne date pas d’hier:

Si la politique change vraiment un jour, elle devra utiliser les découvertes des sciences sociales et les appliquer sur le terrain.

« Un cerveau, ça sert à agir » (Henri Laborit)


Ce  sera la teneur pour la conclusion avec Pierre Bourdieu dans la vidéo finale.

Pour revenir à Vigipirate et aux alliances armée-police…

France. Armée en soutien de la police (Vigipirate)

Jugés trop tardifs, coûteux et inégalement répartis sur le territoire, ces énièmes plans antiterroristes s’éternisent dans une urgence au quotidien. Ces tâtonnements au gré de l’actualité toujours plus barbare, révèlent le manque d’un plan général d’amont, c’est à dire de prise en charge globale et réfléchie de la violence. Nous postulons un nouveau paradigme sécuritaire mieux adaptée à nos sociétés malades, malade non pas des autres, mais d’elle-même. L’Europe des Lumières est la mieux placée pour initier ce nouvel humanisme fédéral. 
Une pensée pour Henri Weber, mort du coronavirus en avril 2020, qui prônait une fédération européenne élargie pour faire face aux oligarchies financières et autres pestes invisibles responsables de cette pandémie. ( ce que dit Noam Chomsky plus haut). Car les inégalités causée par l’avidité humaine d’un petit nombre de puissants, leur logique du profit sans limites, sans contrôle, touche aussi la santé publique dans tous les pays.

Henri Weber (1944-2020)

Dans toutes les grandes villes, nous couplerons le dispositif à un bras sanitaire et social plus fort que son bras répressif.
Nous pensons que le seul moyen d’effacer les haines identitaires, religieuses et autres qui prolifèrent partout sur la planète n’est pas une force d’opposition classique d’un camp contre un autre (ou plusieurs). Inefficace à long terme, cette éternelle réponse de la violence par plus de violence sera dépassée. Afin de neutraliser la compétition victimaire dont chaque groupe violent s’abreuve, mais surtout réussit à abreuver les masses populaires, nous aurons besoin d’une force totalement nouvelle: cette force ne sera pas une opposition pure, lit des éternels camps adverses, embargo, blocus,  etc… mais une force d’inclusion inédite, dans laquelle les populations de tous bords s’identifieront en masse. Car l’enjeu sont les masses immenses de populations qui agonisent en silence; ce sont ces générations délaissées qu’il faut convaincre pour faire ce nouveau monde tant réclamé.

« Il n’y a qu’une seule voie vers la paix et la sécurité: la voie d’une organisation supranationale »

(Einstein. extrait allocution prix One World 27 avril 1948)



Composée de professionnels et volontaires de toutes origines, cette alliance militaro-humanitaire ne défendra qu’une seule cause largement majoritaire sur la planète : les droits humains pour chacun.

Les jeunes en seront la priorité absolue; ceux qui voudront sortir de la délinquance et de la criminalité seront pris en mains fermes par la confédération. Les métiers de l’humanitaire seront pour beaucoup une source puissante de recadrage qui élargira leur vision du monde tout en apprenant un métier à haute valeur humaine – peut-être la plus haute valeur sur terre – si l’on en croit Blaise Pascal. Si ce mot est démodé, la charité reste l’ordre le plus élevé que nous partageons avec nos amis juifs et musulmans. Cette union transparaît partout sur les lieux en demande de secours, unis sous la bannière de la croix et du croissant rouge. Plusieurs ONG spécialisées dans la formation pour les métiers humanitaires sont déjà solidement implantées dans de nombreux pays.

Toutes ces lourdes structures primées régulièrement du Nobel de la paix comme le C-I-C-R , la F-I-C-R, le H-C-R, le World Food Program, etc… doivent passer à la phase supérieure, c’est à dire politique. Nous n’avons plus de temps à perdre. Le principe de neutralité ne veut pas dire passivité lorsqu’il s’agit de sauver l’homme de sa propre violence.

Un partenariat avec les prisons sera de mise pour les détenus désirant se refaire une dignité.

Nous ébaucherons le financement de la C-H-I plus bas. 


L’histoire n’est pas une lamentation éternelle de nos erreurs, mais un moyen de ne plus les reproduire. Pour ce faire, il faut agir de manière inédite. Laisser une chance à celui qui va dans la mauvaise direction sera le credo de la nouvelle C-H-I.

Exemple de ce qui ne doit plus jamais se reproduire:

Mission humanitaire à haut risque en Centrafrique, pendant les affrontements entre les anti-Balaka (chrétiens) et la Séléka.   (musulmans). Plusieurs morts du côté MSF, et le manque cruel d’une instance de protection pour tous les humanitaires du monde. La directrice juridique de MSF, Françoise Bouchet-Saulnier s’exprime en fin de vidéo. En 2018 elle reçoit le prix Henry-Dunant :

Fini d’attendre des guerres du pétrole et autres intérêts stratégiques pour les dominants. Fini d’attendre d’énièmes résolutions à l’unanimité du conseil de sécurité influencées par des intérêts nationaux, des alliances, etc…on connaît tous la chanson: c’est la même musique que celle des grands médias, du copié/collé.

Les prises d’otages de personnels humanitaires ou leur lâche assassinat sape le fondement même de notre humanité. Plus la barbarie progresse dans le monde, plus le droit international humanitaire est foulé aux pieds; l’héritage d’Henry Dunant et des conventions de Genève qu’il a promues volent en éclats.

Henry Dunant (1828-1910)
  1. La première Convention de Genève protège les soldats blessés ou malades sur terre en temps de guerre.
  2. La deuxième Convention de Genève protège les militaires blessés, malades ou naufragés en mer en temps de guerre.
  3. La troisième Convention de Genève s’applique aux prisonniers de guerre.
  4. La quatrième Convention de Genève protège les civils, notamment en territoire occupé.
  5. Enfin, l’article 3 commun couvre pour la première fois les conflits armés non internationaux, les guerres civiles notamment. (Source CICR)

Pour plus amples informations, se rendre sur le site

Les guerres non étatiques compliquent la donne et les humanitaires qui aident dans les deux camps sont de plus en plus considérés comme complices pour le camp adverse.

N’envoyons plus des agneaux au milieu des loups; envoyons avec eux des chiens de bergers de tous les horizons, capables de neutraliser les loups.

Les premiers couloirs humanitaires et les camps de réfugiés du HCR deviendront de véritables frontières mobiles armées, relayant provisoirement la souveraineté des pays en crise. Nous élargirons donc la résolution 45/100 écrite par Mario Bettati et ses confrères (cf. vidéo ci-dessus) à une zone plus étendue, tant sur le plan géographique que législatif.

Cette zone inviolable, totalement mouvante, ne serait plus sous la responsabilité du seul pays d’accueil, systématiquement débordé dès les premiers afflux des colonnes de réfugiés.

Ceux qui fuient la guerre…

Réfugiés des Balkans 2015

Réfugiés Syriens Afghans Irakiens

Ceux qui fuient la pauvreté, l’insécurité ou la persécution ethnique.

Réfugiés birmans, bangladais 2015

Réfugiés Honduriens 2018

Etc…la liste est réactualisée sans cesse. 


Contre toute ingérence, y compris humanitaire, Jean Pierre Chevènement rétorque un jour à Bernard Kouchner:

« On ne voit jamais le faible s’ingérer chez le fort mais toujours le fort chez le faible »(J-P Chevènement) 

Nous répondrons que la vraie justice n’est pas d’attendre que des populations affaiblies rejoignent une force, mais que la force aille rejoindre les faibles pour les traiter sur place.

193 pays ont signé la charte de l’ONU en 1945. 

Création de la charte des Nations Unies, avril-juin 1945

Rappel du préambule, charte des Nations Unies 1945. extrait:

« …à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage, à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales… »  

L‘idée de frontières archaïques totalement fermées doit être repensée. Pour des sujets aussi récurrents que ces morts en masse en Méditerranée, partout sur les routes d’un exil forcé qui tuent les plus vulnérables, surtout les enfants, des filtres doivent se mettre en place. La supranationalité ciblée qu’incarnera la C-H-I devrait pouvoir naître sur la base des corridors humanitaires sans impacter les souverainismes en place. L’humanisme moderne doit s’inscrire dans une dynamique mobile. Son action dépassera les limites géographiques figées qui font appel à l’instinct territorial, animal.

« L’ espèce humaine devrait être une classe de créatures qui un jour sera capable, en vertu de sa nature, de se libérer de ses instincts et de s’en débarrasser »

(E. Kant. Théorie philosophique de la religion. La théologie morale)

Le passé de chaque nation est important; mais son présent fait aussi partie de sa souveraineté.  Aujourd’hui ce présent hurlant à la mort frappe aux portes des pays les plus chanceux. Si ces portes ont des difficultés à s’ouvrir, et cela se comprend aisément, au moins peuvent-elles admettre une instance multinationale qui les traverse librement et prenne en charge cette misère sur leur sol? Nous irons plus loin que les fameux couloirs de réfugiés négociés dans les années 2015 par des églises chrétiennes en Italie en Suisse ou en France afin d’éviter les « Voyages de la mort « en méditerranée. Pour les intéressés, lire ici:

La force d’inclusion portée par la C-H-I deviendra exécutive et supranationale en ce qui concerne l’asile. C’est toute la teneur de la déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948.

À l’image des drapeaux de la Suisse et de la Croix rouge, les couleurs circulent au travers des lignes de la croix et s’inversent sans en dénaturer le symbole. La neutralité humanitaire entrera dans une nouvelle phase un peu de la même façon. 

Ce n’est qu’une image. Mais à l’ère des préparatifs coûteux pour une expédition martienne, est-il tolérable de laisser des familles entières de réfugiés mourir sur les routes de l’exil sans agir? 

Malgré toutes les bonnes volontés des ONG le courage et la générosité des gens qui s’engagent dans des missions aussi courtes que risquées, ces camps sont un lieu de survie très difficile.

Diaporama du camp de réfugiés de Moria, sur l’île de Lesbos en Grèce.

Camps de réfugiés Mauritanie, Cameroun, Ethiopie. RCA. Tchad.

Beaucoup de réfugiés n’arrivent jamais dans un camp pour faire leur demande d’asile. Soit par impossibilité de déplacement, soit par pur empêchement criminel de passer la frontière: ce qui bafoue encore l’article 14 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Exemple:

« Devant la persécution, toute personne à le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays » (Article 14)

Pourquoi existe-t-il des douanes volantes pour neutraliser des criminels hors des frontières, mais aucune frontière mobile capable de venir au secours des gens fuyant la guerre, la persécution ou la misère? Répétons-le encore: la nouvelle instance que nous réclamons n’attendra pas que le réfugié arrive dans un pays limitrophe, dans un bureau, devant un fonctionnaire pour remplir un formulaire. La nouvelle instance que nous réclamons inclura dans le droit d’asile de l’article 14 le droit de ne plus mourir de faim pour lequel se bat Jean Ziegler à l’ONU.

Nous mettrons fin à l’hypocrisie sémantique du réfugié politique versus le réfugié économique. L’un et l’autre sont liés.

Ce nouvel humanisme s’incarnera à travers des structures symboliquement justes, passées dans l’inconscient collectif des peuples, et solidement implantées partout sur terre : La FICR, le HCR, le WFP, etc. Toutes les ONG désireuses de donner vie à une nouvelle redistribution des chances. Sur l’échelle millénaire des civilisations, il n’y a pas de honte à reconnaître un fait qui semble logique à beaucoup de gens: certains problèmes humains sont trop vastes, trop profonds pour être traités par une seule politique nationale. Nous avons beau chercher un « El Dorado » , un petit coin de paradis sur terre, sans violence ni misère ou les deux à la fois, nous n’en trouverons pas. Peut-être nous faut-il enfin admettre que les maux universels ne se combattent que par un seul remède: l’universalité?

Une fois votée, la nouvelle C-H-I ne fera aucune ingérence illégale à combattre la violence et la misère simultanément par-delà les frontières, avec sa propre armée.

« Mes conceptions coïncident presque complètement avec celles de Gandhi. Mais je résisterais (individuellement et collectivement) par la violence, aux forces qui tenteraient de me tuer ou de me priver mon peuple, des moyens fondamentaux de subsistance »

(Einstein. Lettre à Morriset. 21 mars 1952. Archives Einstein)

Deuxième partie: Les racines de l’utopie. 

L’utopie comme le rêve prennent racine dans le réel. L’Histoire n’a pas toujours été synonyme de guerre continue. Au temps de César Auguste, dans un contrat qu’on appellerait aujourd’hui gagnant-gagnant, des milliers de peuples isolés ont rallié l’empire romain sans violence. Une période de prospérité de près de deux siècles, appelée Pax-Romana, s’installa dans une bonne partie du monde antique. Cette période a été appelée par la suite siècle d’Auguste.

Octave Auguste (63 AV. J-C- 14 après J-C

La renaissance incarne le recentrage de l’Homme sur sa condition. Les arts prennent un nouveau souffle et brisent les standards esthétiques d’inspiration jusqu’alors trop religieuses. Les siècles de barbaries en Europe au nom de Dieu et autres boucheries médiévales s’apaisent. L’Europe respire (un peu).

Le siècle des Lumières a été une percée sociétale décisive. Tous les pouvoirs en place, y compris le pouvoir religieux, ont été confondus dans leur hypocrisie.

Voltaire (1694-1778)

Grâce à Voltaire et ses amis, l’esprit critique et la liberté de penser sont devenus les nouveaux pilier d’une société désirant changer de cap; mais comme partout, il y avait une part d’ombre…

La colonisation à dévoilé l’hypocrisie de nos visions conquérantes basées sur l’appropriation de territoires, des richesses, etc… On connaît le refrain depuis l’âge de bronze et même avant. 
Mais soyons sérieux tout le monde le sait désormais: les décennies de politique coloniale n’avaient pas pour priorité d’aider les indigènes à améliorer leur confort en leur construisant des hôpitaux, des écoles ou des chemins de fer. Le Docteur Albert Schweitzer était l’exception qui confirme la règle et sur lequel les défenseurs des colonies ne peuvent plus s’appuyer. Aujourd’hui c’est Médecins sans frontières et les autres ONG qui ont relevé son flambeau.

Cela n’enlève en rien l’humanité profonde de ce grand médecin qui a montré la voie individuelle d’un collectif opérant dans tous les coins du monde, mais de plus en plus menacé.

Côté sociologie, Pierre Bourdieu , Michel Foucault ou Jacques Derrida avaient dévoilé nos structures sociales basées sur la dialectique dominants/dominés. Consciemment ou non, nous avons toujours construit, consolidé, entretenu nos propres hiérarchies qui nous asservissent en même temps qu’elles nous rassurent; c’était bien avant les colonies, dans notre propre histoire, chez nous quoi!

Pourquoi aurions-nous fonctionné différemment sur d’autres populations, au milieux d’autres cultures ancestrales impressionnées par notre machine à vapeur et autres avantages industriels dont ils profiteraient peut-être? 
Socle des Lumières de la Raison, l’autocritique aura au moins servi à corriger nos erreurs, et semblerait-il, permettre la décolonisation… C’est du moins l’analyse de Pascal Bruckner.

Pascal Bruckner

Je ne suis pas sûr que tout le monde la partage, car si nous n’avions pas rencontré de résistance de la part des populations indigènes, serions-nous rentrés chez nous spontanément, par pure autocritique? 

C’est bien beau l’autocritique, mais sans  opposition ferme et structurée en face? Sans cet « autre » qui n’est pas d’accord et nous le fait savoir tous les jours comment se remettre en cause? Nous savons bien avant Sartre ou Freud que l’autre est le miroir du « Je » ou du « moi »; loin d’être cet artefact extérieur, il est l’axe de l’identité. Nous y reviendrons plus bas. 

Après le darwinisme social, il y a ceux qui comparent l’immigration d’aujourd’hui à une nouvelle colonisation inversée. Compétition victimaire, mais compétition déloyale.
Projeter notre impérialisme arrogant sur les immigrés et leurs enfants devenus nos compatriotes déshonore la république. Ce procédé est non seulement une faute politique majeure, mais un mensonge que même un enfant peut comprendre. Comment argumenter les causes des colonies comme identiques aux causes de l’immigration?

Pour en revenir à notre chère politique, 

« Qu’on soit de droite ou de gauche on est toujours hémiplégique » (Raymond Aron)

« Objectivité ne signifie pas impartialité, mais universalité » (Raymond Aron)

Raymond Aaron (1905-1983)

Comment faire naître ce vivre ensemble, comment étouffer les racismes, les communautarismes, tous ces feux du ressentiment qui prennent un peu partout chez les jeunes générations originaires des anciennes colonies, mais pas seulement! Devenus nos compatriotes, ces « recalés » de la république veulent rompre avec notre mode de vie. Pourquoi? L’égalité des chances était-elle un leurre?

Bourdieu, petite phrase comique sur les inégalités. Radio Droit de Cité. interrogé par Adile Farquane. Mantes.

Dans certains quartiers règne parfois une ambiance de guerre civile dès qu’un flic se pointe…

Le problème? Bien malin celui qui peut l’identifier sans marge d’erreur. Tous les intellectuels et politiciens s’y sont cassé le nez. Sinon nous n’en serions pas là. 

Donc prudence et modestie. 
Comment argumenter le déchaînement de la violence dans les mégapoles, et surtout, cette fusion douteuse des crimino-délinquants avec des revendications sociales, identitaires et religieuses? 

D’un côté les pouvoirs et leurs journalistes, filmant des reportages spectaculaires sur d’énièmes raids policiers, dans d’énièmes cités, mais toujours caméra côté force de l’ordre… D’un autre, le cinéma où les héros braquent des banques comme on va bosser, tuent comme on va faire son footing, le tout servi sur un vague fond de justice sociale qui plaît au peuple.


Pourquoi n’y-a-t-il pas plus de films où le héros totalement désintéressé, redistribuerait son butin aux pauvres, aux associations,  construirait des logements pour les sans-abris par exemple, au lieu de faire à son tour la grande vie?

De plus en plus de jeunes ont ras-le-bol de cette dialectique sociétale qui est en fait une spirale du clivage et de la haine.
Le diagnostique de la situation mondiale est difficile à poser, mais ce visionnaire pour un nouvel humanisme est très convaincant.  

Amin Maalouf:

Nous pouvons faire un autre monde ensemble, pas recommencer l’Histoire. Si Dieu existe, il y a plusieurs chemins vers sa source « intarissable » comme dit Paul Ricoeur dans la vidéo juste en bas. S’il n’existe pas, nous aurons au moins essayé quelque chose qui n’a jamais eu lieu sur terre: une instance politique nouvelle, désintéressée des enjeux financiers, focalisée sur l’éradication des fléaux les plus urgents de l’humanité. Mais aussi les plus tenaces. Bref nous avons besoin d’une politique qui dépasse les politiques.

« Seule une vie vécue pour les autres est une vie valable »

(Einstein. New-York Times 20 juin 1932)


Renforcé d’une structure gouvernementale puissante, ce nouvel humanisme n’exclura personne tout en empêchant l’inacceptable. Pour obtenir le respect définitif des peuples, les résolutions de l’ONU doivent émettre des signaux clairs et désintéressés au monde. Ce n’est hélas pas le cas. Les nombreux vetos posés depuis son existence disqualifient toute espèce de confiance. La C-H-I passera outre ces votations tronquées et agira sur la base d’un droit international réadapté au monde actuel, qui n’est plus celui de 1945. La neutralité deux poids deux mesures, celles des forces de paix contre celles des votations du conseil de sécurité? Cette mascarade ne peut plus tenir. Ce système caduque sera balayé par une nouvelle donne pour un nouveau monde: la première Confédération Humanitaire Internatonnale armée.

« Pour parler de Paix, il faut être du côté de la force » (proverbe bouddhiste)

Salut Yin/Yang (Le Bien stoppe et contient le Mal)

« La tolérance est une ascension ardue »

disait Paul Ricoeur. Une ascension implique beaucoup de forces. Seule l’indifférence est une faiblesse. Peut-être la pire.

Le regretté Paul Ricoeur. Magnifique!

Si nous voulons cette fameuse réconciliation tant souhaitée, réparons symboliquement nos erreurs politiques d’hier pour mieux vivre ensemble aujourd’hui.

Pour ceux qui préfèrent le développement plus complet de cette ascension par le maître occidental proche du bouddhisme… Bonne écoute!


Déclarons la guerre aux discriminations. Issus des Lumières et forgés dans le creuset chrétien, décrétons enfin ce jour officiel de Pardon National. Des millions de gens en ont besoin et attendent ce pas d’une nation prête à se dépasser. Le ciment de notre société tiendra plus durablement qu’une victoire à la coupe du monde de football.
Pour nos concitoyens d’origine étrangère, ce jour sera une occasion festive de nous montrer leurs coutumes autrement qu’en terme de revendications politiques, manipulées par des fondamentalistes dont on couperait l’herbe sous les pieds.


9 juillet 2020: Scoop au téléjournal Suisse romande: la Belgique fait un premier pas: le roi des belges exprime son profond regret!

Philippe de Belgique

Extrait de la lettre adressée au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, lors du 60ème anniversaire de l’indépendance (30 juin 1960)

« La période coloniale qui a suivi jusqu’en 1960 a également causé des souffrances et des humiliations. Je tiens a exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés.  » (Philippe de Belgique) 

Un grand pas de la part d’un représentant emblématique qui mériterait bien plus qu’un prix Nobel de la Paix.  Trop souvent synonyme d’ immobilisme coupable, voire stratégique, ces distinctions doivent muter en action. 

La France pourrait-elle emboîter le pas aux belges et aller plus loin?

Pourquoi le calendrier français post révolutionnaire n’inclue-t-il pas un jour férié pour toutes les autres croyances?

(1793-1794) Unité Indivisibilité de la république. Liberté, Égalité, Fraternité ou la mort (Ecrit autour de la Justice, càd la dame avec la balance)

La dame ci-dessus qui tient une balance parfaitement équilibrée et qui s’appelle Justice est purement décorative.

Il ne faut pas s’étonner que les fraîchement naturalisés s’accrochent à leurs origines comme une bouée, ces racines verticales dont se méfie Amin Maalouf.

« Les racines s’enfouissent dans le sol, se contorsionnent dans la boue, s’épanouissent dans les ténèbres; elles retiennent l’arbre captif dès sa naissance, et le nourrissent au prix d’un chantage: « Tu te libères, tu meurs! »  (Amin Maalouf . Origines)  

Outre atlantique même combat. Les USA pourraient faire de même en ce qui concerne l’esclavage. Sauf erreur, malgré la présidence d’Obama, je ne crois pas qu’un jour officiel de pardon pour l’esclavage soit en vigueur dans tous les états, ni en cours de discussion à la maison blanche. Individuel ou collectif même efficacité: le pardon sincère a un pouvoir extraordinaire; il est capable de reconstruire un socle stable de renouveau social, d’éteindre les haines, de réunir les peuples. Nous pourrions l’officialiser par un jour férié, peut-être le rajouter en paraphe dans notre constitution? 

Le dénommé Jésus en a fait le message principal de son ministère…Mais nous avions dit pas de morale. Donc je me tais! 


Rousseau pressentait la politique des classes comme mal à combattre.

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)

« Je hais la servitude comme la source de tous les maux du genre humain. Les tyrans et leurs flatteurs crient sans cesse : peuples, portez vos fers sans murmure car le premier des biens est le repos; ils mentent: c’est la liberté. » (J-J Rousseau 1763)

Pour ma part, je préfère cette phrase que j’ai découverte dans le dernier livre poignant de Jean Ziegler au sujet du plus grand camp de réfugiés: Lesbos, la honte de l’Europe.

 » Les hommes n’eussent jamais été que des monstres, si la nature ne leur eût donné la pitié à l’appui de la raison » 

(J-J Rousseau. Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes)

Et pour tous ceux qui ont le courage …

Troisième partie: Le nerf de la guerre

Troisième partie: Le nerf de la guerre

Le plan d’action de la C-H-I se déroulera en trois phases :

Première phase : 

Elle passera par un net renforcement du budget du HCR qui ne sera plus réduit à la mendicité auprès des gouvernements et autres bonnes grâces de riches donateurs. Les sommes versées par chaque état seront drastiquement augmentées, non par le petit contribuable, mais par un système de taxation efficace des transactions boursières déjà pensée par James Tobin, prix Nobel d’économie en 1981.

James Tobin (1918-2002)

Les entreprises participant à l’effort de reconstruction de la phase deux seront allégées d’impôts. Celles dont les pays refusent de verser leur contribution à la C-H-I se verront infliger de lourdes taxes.

Association pour une taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens

Conjointement, banque mondiale se verra restructurée en une instance internationale de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale qui remplira les caisses de la confédération de manière spectaculaire. Dotée d’un budget stratégique les premières années de sa mise en place, épaulée par les brigades financières de chaque pays confédéré, la C-H-I traquera les capitaux frauduleux sans relâche et récupérera tous les comptes dormants anonymes, sur tous les paradis fiscaux de la planète. Ceci dans un horizon de deux ou trois ans. Chaque moyen de paiement, dans toutes les branches du commerce, y compris les jeux en ligne ou casinos, sera doté d’une touche spéciale affectée aux dons de particuliers versés à la C-H-I. Cela se fait déjà dans certains fast-food que nous ne nommerons pas.

etc., etc…

Deuxième phase:

Sur chaque site où la coalition déploiera ses forces, les espaces actuellement occupés par des tentes amovibles seront agrandis, viabilisés, réaménagés de manière durable.

L’épineux problème de l’éducation des réfugiés en 2021:

La probabilité que les enfants réfugiés n’aillent plus à l’école est cinq fois plus élevée (Source UNHCR)

Filippo grandi chef du HCR rencontre des étudiants au camp de Kutupalong (Bangladesh)

Angelina Jolie, émissaire du HCR, plaide en faveur d’un soutien international pour le Bangladesh.  

Angelina Jolie, émissaire du HCR

Les camps de réfugiés ont une durée moyenne de 12 ans. Mais dans les cas urgents, le HCR met des bâches à disposition pour ceux qui fuient les combats.

Deux tiers des réfugiés du HCR vivent en milieu urbain. Les besoins vitaux sont aménagés en ville, en accord avec les autorités locales.

Certains camps tiennent debout depuis des décennies:

Les infrastructures initiales comme les tentes où les containers deviendront de véritables maisons avec écoles, salles de sports, bibliothèque, cinéma, etc…Tout ce dont un humain digne de ce nom a besoin pour se développer harmonieusement.

Troisième phase:

La dynamique d’unification des forces confédérées s’inscrira dans le long terme. Elle entraînera d’autres nations dans sa volonté d’écrire une autre histoire, où l’identité des peuples s’affirmera moins par l’opposition et l’écrasement d’autres peuples, que par la synergie de n’en faire qu’un. 

Balayées lentement par cette spirale vertueuse, les conflits locaux ou régionaux s’éteindront peu à peu. En vertu de l’article 223-6 de non-assistance à personne en danger, commun au code pénal de deux nations partenaires très symboliques , la France et l’Allemagne, les pacifications militaires pourront s’étendre en dehors des zones sécurisées; notamment si des populations trop affaiblies ou encerclées par des milices ennemies ne peuvent rejoindre les villages ou villes de réfugiés. Les villes deviendront régions, et toutes les forces de reconstruction conjointes, le niveau de vie sur place sera spectaculairement rehaussé, se ramifiant au gré des pacifications territoires par territoires, jusqu’à remonter à la source: les lieux dévastés d’où les populations avaient dû fuir en quelques minutes, en laissant tout derrière elles.

Syrie, retour sur les terres détruites par les troupes de Bachar Al Assad
Retour des chrétiens de Jordanie à Ninive.
Rapatriés burundais depuis la RDC

Épaulées par la nouvelle police fédérale de la C-H-I, les polices locales seront réaffectées au logement et autres problèmes logistiques engendrés par les rapatriements en masse. Suite aux nombreux retours au pays des deuxièmes et troisièmes générations de déplacés, la pression migratoire s’inversera. Ces retours seront d’autant plus attractif que chaque pays pacifié aura bénéficié prioritairement d’un plan de reconstruction de grande envergure, comparable à celle du plan Marshall de l’après guerre. Les humanitaires de la branche sociale auront la responsabilité pleine et entière du nouveau parc immobilier, lequel sera redistribué au cas par cas, selon des critères impensables pour les professionnels de la branche en 2021.

Mais s’enrichir individuellement sur des besoins fondamentaux non résolus d’un milliard d’humains sera pour les générations futures le programme d’étude de l’école primaire.

  • Favelas Rio
  • Djakarta

Les médecins et personnels de santé se verront délivrer un permis de travail permanent valable sur l’ensemble de la confédération.

Georges Marshall (1880-1959)

Etc., etc…(à vous d’en rajouter puisque le rêve, loin d’être uniquement le théâtre freudien de nos angoisses et désirs inavouables, serait aussi un « simulateur de réalité ». Dans cette acception plus darwinienne nous rêvons pour nous adapter, nous préparer aux réalités possibles, voire stimuler notre imaginaire créatif.

Pourquoi ne pas rêver pour créer ce nouveau monde ensemble, ailleurs que dans les romans de science-fiction? Loin des chaos planétaires, guerres totales, Armageddon et autres extinctions spectaculaires dont les jeunes raffolent, nous oublions souvent une chose simple:

« Et me crois, ami Vacarme d’enfer! Les plus grands évènements – ne sont de nos heures les plus bruyantes, mais les plus silencieuses »

(F. Nietzsche. Ainsi parlait Zarathoustra. De grands évènements)

Le maillon final de la confédération devrait se boucler à l’horizon de deux ou trois générations. L’humanitaire, chacun le sait, est quelque chose de magnifique, et comme toutes les choses magnifiques, elles doivent un jour laisser place à autre chose.

Peu à peu, les Nations Unies ne le seront plus seulement dans un hémicycle. La graine d’un premier gouvernement mondial tel que l’avait imaginé Albert Einstein pourra alors doucement germer.  

« L’humanité ne peut être sauvée que si un système supranational, fondé sur la loi, est créé pour éliminer le recours à la force brutale »

(Einstein. 1950. Déclaration à Impact 1 page 104)

« Si l’idée d’un gouvernement mondial n’est pas réaliste, alors il n’y a qu’une seule vision réaliste de notre avenir; l’anéantissement total de l’homme par l’homme »

(Einstein . Commentaire à propos du film « where will you hide? 1948. Archives Einstein)

Michel Rocard avait dit une chose juste en parlant de la France:

Michel Rocard (1930-2016)

« On ne peut pas accueillir toute la misère du monde »

Mais l’on peut s’allier pour aller la chercher sur place, la traiter, et l’éradiquer définitivement.

Michel Rocard plaidait pour une adhésion de la Turquie à l’Europe, ainsi que d’autres pays extracommunautaires comme l’Algérie le Maroc et la Tunisie. Pour le coup, il était sur la même ligne « EUROMEDITERRANEE » que que Jean-Pierre Chevènement. Force est de reconnaître en ces visionnaires une intuition nécessaire pour une union européenne moribonde, divisée en deux blocs méfiants; l’un issu de l’ancien bloc soviétique, harnaché à ses racines soi-disant chrétiennes mais dont le Christ lui-même aurait honte; l’autre plus timoré, autour d’un couple franco-allemand en éternels pourparlers économiques, incapables de sortir de l’ombre politique des grandes puissances.

« On ne traite pas en France le compromis avec la noblesse qu’il mérite » 
(Michel Rocard)

Demandée dans l’U-E par Michel Rocard et J-P Chevènement, la Turquie est un partenaire clé pour la future C-H-I et reste toujours un allié stratégique dans l’Eurocorps de François Mitterrand et Helmut Kohl. Attaché à notre mode de vie, la grande majorité du peuple turc cherche à se sauver des griffes d’un dirigeant imprévisible qui surfe sur la même vague que les islamistes. Qu’ils soient sunnites ou chiites, nous partageons la notion de charité avec les croyants de la deuxième religion du monde. L’ erreur grave serait de faire un amalgame entre un Islam largement modéré, – près duquel je suis né et ai passé 25 ans en toute amitié – , et cet Islam obscurantiste, politisé, etc…on connaît la chanson. Le problème est que le citoyen musulman qui vit en banlieue est contraint à la prudence, muselé au silence par une minorité extrêmement violente, qui sur un palier, un immeuble, une rue, surveille tout mouvement, tout vêtement, toute parole suspecte d’un œil tranchant comme une lame. Il est très très difficile à cette majorité silencieuse de reprendre le flambeau du prophète Mahomet que ces fous d’Allah lui on volé. Le regretté Malek Chebel le savait bien et n’avait de cesse de le répéter. Seuls ceux qui vivent au milieu de ce chaos urbain que sont les banlieues – « ces territoires perdus de la République » – où j’ai grandi peuvent comprendre ce que j’évoque.

Nous autres chrétiens n’avons de leçons à faire à personne. Notre religion à eu sa part d’obscurantisme.

Petit rappel de Francis Wolff

Qui croit aujourd’hui que la majorité des baptisés de l’époque regardait brûler vif des Giordano Bruno et autres hérétiques avec plaisir?

Giordano Bruno brûlé vif et nu en 1600. Rome

Quel historien croit que le peuple, obligé d’assister aux châtiments en place publique, hurlait de tout cœur, puis rentrait chez lui tranquillement pour souper? Quel historien pense que la majorité était complice et partie prenante de telles atrocités au nom de Dieu? Eux aussi on dû porter ce masque au milieu d’une secte qui surveillait tout le monde et convertissait de force. La secte chrétienne dont le pape J-Paul II a demandé un jour pardon pour les crimes a suivi le même chemin. Mais combien de temps, après combien d’assassinats notre chrétienté à demandé pardon?
Pour conclure avec les problèmes de religion, surtout monothéiste: chacun cherche sa position hégémonique; Juifs, peuple élu; Chrétiens, fils de Dieu; Coran, dictée de Dieu sans faute possible, enveloppant les deux autres … Chacun de nous, croyant ou pas, doit faire le tri de l’affaire des Hommes et l’affaire de Dieu. Voir ma page d’accueil à ce sujet, à cet endroit:

Réactivons ce lien généalogique qui nous unit aux juifs et musulmans au nom d’Abraham et des droits humains.

Vaincre le mal

Notre système néo-libéral repose sur l’étouffement économique d’un nombre grandissant de personnes, presque tout le monde l’admet. Pourtant on trouve encore des économistes ou statisticiens douteux qui nous expliquent que la pyramide du progrès profiterait à tous…

Pas besoin de médaille Fields pour comprendre qu’on ne démontre pas mathématiquement l’accès au progrès !

Plus le sommet de la pyramide monte, plus la base s’élargit. Logique de proportion élémentaire.
Mais dire: « plus il y a de riches encore plus riches, moins il y a de pauvres » est erroné. La corrélation entre riches et pauvres n’est pas automatique comme une simple fonction de proportionnalité. Comme chacun le sait, l’économie n’est pas une science exacte comme les maths. Pourtant nous insistons sur ce modèle antisocial incarné maintenant voilà plus de 40 ans par des idéologues de la « liberté ».

Ces politiciens n’étaient que les maillons d’un système d’oligarchies beaucoup plus puissants qui poussait derrière eux et a réussi à s’implanter dans nos vies, partout, sans rendre aucun compte à personne. 

Voici ce qu’écrit un mathématicien, maire de la ville de Lausanne pendant 14 ans, premier élu vert dans un parlement national au monde:

« La répartition de la richesse planétaire favorise toujours plus un petit nombre d’individus alors que 1 % des habitants de la planète possédaient 44 % de la richesse mondiale en 2009 ils en détiennent le 50 % en 2016″… »Les huit plus importants multimilliardaires possèdent plus de richesses que les 50 % des habitants les plus pauvres de la planète, les 10 % les plus riches possèdent 86 % de la fortune mondiale et la moitié des millionnaires du monde sont américains »( Daniel Brélaz. L’avenir est plus que jamais  notre affaire p. 69. Ed. Favre)

Les objets et ustensiles modernes ne détiennent qu’une valeur intrinsèque relative. Le nerf de la « très mauvaise économie » (Pierre Bourdieu) c’est la dette.

Les tribus d’Amazonie, d’Afrique, d’Amérique ou d’Asie possèdent désormais des portables, des télés, des micro-ondes, même des voitures ou des maisons, mais ces populations restent toujours au bas de la pyramide car de générations en générations, ceux qui sont en haut n’ont pas été élevés pour perdre la moindre longueur d’avance. Voilà où nous pouvons agir: pousser les leaders du capital à l’autocritique d’un côté tout en leur résistant de l’autre. Une économie nouvelle est réclamée par de plus en plus de monde, y compris de ceux qui profitent malgré eux de ce monde à l’économie erratique, où l’argent attire l’argent et le retient dans les sphères closes et sécurisées. La redistribution minimale n’a jamais lieu, quoiqu’ils disent. Là où il manque, l’argent manque depuis toujours. Qu’est-ce qui brisera la dynamique monstrueuse?
La lutte n’a pas toujours été menée dans le sang.

« J’ai la conviction que le problème de l’instauration de la paix dans le monde sur une base supranationale ne sera résolu qu’en déployant la méthode de Gandhi sur une plus grande échelle »

(Einstein . Lettre à G. Nellhaus 20 mars 1951. archives Einstein)

DND240834 Mahatma Gandhi (1869-1948) (N&B photo) par photographe indien, (20ème siècle); Collection privée;(Add.info .: Mohandas Karamchand Gandhi;Mahatma;chef politique et spirituel du mouvement d’indépendance indien;);Dinodia;Indien, Droits Réservés DND240834 Mahatma Gandhi (1869-1948) (b/w photo) by Indian Photographer, (20th century); Private Collection; (add.info.: Mohandas Karamchand Gandhi; Mahatma; political and spiritual leader of the Indian independence movement;); Dinodia; Indian, it is possible that some works by this artist may be protected by third party rights in some territories

Les inégalités non seulement demeurent, mais s’accentuent puisque corrélées à une autre loi beaucoup plus sournoise: celle de l’offre et de la demande. C’est le marché qui fixe les valeurs des biens, pas le bien lui-même. Surtout si le marché est en possession de ceux qui y puisent leurs forces, mieux encore si ce bien est une surface au sol dont on a marqué sa propriété par de l’ immobilier.

  • Favelas Rio
  • Djakarta

Toutes les démonstrations abracadabrantes prouvant que le confort progresse sur la planète sont fallacieuses. On peut dormir sous un toit en dur (ou en tôles), avoir de l’électricité, etc…mais être plus asphyxié que jamais par les dettes que ce nouveau confort génère. Le décalage entre riches et pauvres grandit. Pour brouiller les cartes on présente une équation chimérique du progrès-allant-de-soi; on cache un nombre fini – la surface de la terre qu’on s’est appropriée- avec d’autres nombres infinis qu’on fait miroiter aux naïfs comme modèle de réussite en terme de compte en banque. C’est ça l’hypnose du libéralisme. Surtout pas se révolter contre l’argent, mais croire en ses possibilités d’en faire aussi! Quel jeune censé peut-il encore croire en ces mantras diaboliques des nouveaux maîtres du monde.
On nous dit:

« Tout le monde peut faire de l’argent, à condition de croire en soi, de se lever tôt, d’oser et d’entreprendre »

Etc…le discours classique de gens comme Jacques Attali, Alain Minc et autres essayistes hypnotiseurs à la solde de l’ordre établi.

Finalement Freud avait raison: le cerveau primaire inconscient est très performant; pas besoin de lire des tas d’essais compliqués pour comprendre en quelques secondes, comme un jeu d’enfant. Il suffit moins d’écouter que d’observer attentivement les intellectuels qui passent le plus souvent à la télé pour savoir qui ils défendent parce qu’ils sont leur fond de commerce: ceux qu’ils n’attaquent jamais frontalement. 
Tous ces beaux discours de la gauche « caviar » nous feraient presque oublier que ce qui permet aux riches d’être riches à l’infini, c’est avant tout leur main mise sur un seul et unique produit fini dont ils se sont accaparé les meilleures parts dans tous les pays: la terre.

Le néo-libéralisme se sert de ces leurres statistiques pour sévir par delà les frontières, y compris chez nous.

Saskia Sassen a analysé les méfaits de la haute finance incontrôlée lors de la crise des sub-primes en 2007, (prêts hypothécaires à risque) La logique de ces aberrations spéculatives n’est jamais de s’assurer du remboursement individuel des prêts, mais de l’expulsion des ménages en masse et la récupération finale des espaces.
Lire ceci:

Saskia Sassen sociologue économiste

L’impuissance de nos politiques et des médias face à ces phénomènes destructeurs ressemble à de la duplicité, voire de la complicité. Résultat: la colère gronde dans nos rues. La précarité a passé le seuil de nos modestes appartements, locations sous caution, maisons mises à l’hypothèque. L’insécurité vient sévir dans nos propres familles. Où est le mérite tant vanté de l’effort, du travail, de la liberté ?

L’ironie du sort est double: la religion prend de nouveau un tournant sectaire et violent comme au temps de l’inquisition ; et l’esprit critique des Lumières est de nouveau diabolisé. Cherchez l’erreur…
Homo-politicus est un serpent vénéneux qui se mord la queue. Les hommes utilisent les grands concepts abstraits comme la patrie, le travail, la révolution, et même Dieu pour dominer leurs semblables; sous couvert de la raison et de la science, la force reste en dernier recours notre cartouche préférée.

Celle des dominants:

Hiroshima sous la bombe atomique 6 août 1945 8h15

Ou des dominés:

La liste est interminable. Voire interchangeable! Car si les cartes historiques du monde avaient été inversées, (ou peut-être dans un monde parallèle, parfait négatif du notre qui sait?) nous aurions fait à peu près la même chose.

« L’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux » 
(Victor Hugo discours 1849 assemblée nationale)

Victor Hugo (1802-1885)

Est-ce que Georges Orwell aura toujours raison? Est-ce que la paix sera toujours la guerre?

Honoré de Balzac pensait que le monde finirait en une gigantesque orgie. Puisse-t-elle être une orgie de solidarité! 

La loi du tout ou rien est révolue. Le curseur entre blanc et noir doit être sans cesse ajusté. C’est ça l’intranquillité camusienne. C’est ça qui l’avait définitivement éloigné de Sartre.

« La révolution consiste à aimer un Homme qui n’existe pas encore » (Camus)

« Si c’est ça la justice, je choisis ma mère »
(A. Camus)  

Déformée par un journaliste sartrien, cette phrase à été dite dans un contexte précis de la vie de Camus, à l’époque où les terroristes indépendantistes d’Algérie faisaient sauter des tramways à Alger, sur les mêmes lignes que sa mère prenait tous les jours…
Il faut rajouter ce préalable essentiel pour un écrivain qui chérissait par-dessus tout sa mère handicapée, prenant le tram tous les jours :
« Si c’est ça la justice (entendons: faire sauter des bombes et tuer des innocents comme sa mère) je choisis ma mère.
Quel salaud serait capable du contraire? 
Loin de l’aveuglement des masses, la révolution camusienne prône les limites de chacun face à sa petite barbarie personnelle, toujours prête à surgir. Convertir la révolte qui gronde partout, utiliser son énergie inépuisable, moins pour exproprier tous les riches et trancher les carotides de l’ennemi que pour trouver ce fameux compromis intranquille de tous les jours: une base de politique entièrement nouvelle? 

 

Conclusion

« De la disparition du passé on se console facilement; c’est de la disparition de l’avenir qu’on ne se remet pas. Le pays dont l’absence m’attriste et m’obsède, ce n’est pas celui que j’ai connu dans ma jeunesse, c’est celui dont j’ai rêvé, et qui n’a jamais pu voir le jour » 

( les désorientés- Amin Maalouf)

Amin Maalouf

Nous pouvons assister de notre vivant à une nouvelle renaissance politique qui donnerait le dernier mot à Jean-Jacques Rousseau. Nous pourrions profiter de la technologie et des richesses d’un occident fier de sa science, mais conscient de ses responsabilités historiques. Nous les couplerions aux valeurs séculaires du Sud et de l’Orient qui sont la force intérieure, la patience, l’endurance face à la souffrance et l’attachement à la famille. 

Le poème que récite Amin Maalouf est de Omayyah Inn Abissalt al-Andalusi Poète arabe né à Denia (Espagne) en 1068, mort à Bejaia (Algérie) en 1134.

Sartre et les manichéens grimacent, mais l’Homme moderne a choisi son camp; celui de la disparition des notions de camps au sens guerrier du terme; celui de l’action lucide, efficace, durable; celui d’un nouvel humanisme international puissant sous l’égide d’une Confédération Humanitaire Internationale enfin libre de faire respecter cette belle idée: les droits de l’Homme.

Conseil de sécurité



Nous clamerons enfin cette « fin de l’Histoire » et ferons tous un gros bras d’honneur à « l’éternel retour! » 

Le plus grand sociologue du siècle, le regretté Pierre Bourdieu, nous rappelle une chose pleine de bon sens:

« Le social, c’est de l’économique! »

« Pour « changer la vie », il faudrait commencer par changer la vie politique » (P. Bourdieu)

Pierre Bourdieu (1930-2002

Désolé pour Mars Buzz, mais nous avons besoin de cet argent et de cette énergie sur terre. La fuite en avant c’est l’ancien monde.

Nous ne transporterons jamais l’ancien là-bas.

Merci de votre attention.

Le livre de Paul Collier, économiste à Oxford, sur le milliard d’humains du fond du fond dont parlait Jean Ziegler!

Publié par Maior Liberis

J'ai été fan de Michel Onfray de longues années ...Mais je prends mes distances, à la fois reconnaissant, déçu et en colère. Ce qui me motive? Vous le découvrirez avec plaisir j'espère ... Merci de votre attention!

%d blogueurs aiment cette page :