Plan B pour les bulles de Babel.

Tour de Babel

Des millions de petites sphères closes collées les unes aux autres,  comme de l’écume : c’est l’image que Peter Sloterdijk donnait de nos modes de vie occidentale petit-bourgeois, dans son essai en trois volumes:

« Bulles »

« L’image morphologique du monde polysphérique que nous habitons n’est plus la sphère mais l’écume  »

(P. Sloterdijk. Sphères I. Introduction. page 80)


L’individualisme moderne prendrait sa source dans nos origines fœtales les plus intimes. Sloterdijk regrette les rituels sociaux autour de notre accompagnateur originel: le placenta!

« Le sujet solitaire moderne n’est pas le résultat de son choix autonome, mais un produit de scission issu de la séparation informelle de la naissance et du placenta.(…)L’individualisme moderne est un nihilisme placentaire »

(Ibid. page 418)

Amazing | Baby in womb, Mother art, Birth art

Repliées sur elle-même et coupées de leur double intra-utérin, les microsphères d’écume que nous sommes sont en perpétuelle recherche du jumeau disparu.

« Toutes les naissances sont des naissances gémellaires »

(Ibid. Le séparateur de l’espace spirituel. page 450)

Cutting the umbilical cord between a newborn baby and placenta

Le recherche du partenaire amoureux serait peut-être une quête de ce double perdu. Même les religions pourraient être une espèce de substitution placentaire.

« Ce que l’on appelle les religions, ce sont pour l’essentiel des systèmes symboliques qui doivent transformer l’allié intime des individus ( le placenta) en surveillants intérieurs »

(ibid. La plante noire. page. 434)

Toutes les sphères que l’on s’était fabriquées à travers les âges pour compenser cette castration ombilicale on volé en éclats.

« Le monde, semble-t-il, est devenu beaucoup trop grand pour les gens de l’ancienne espèce, ceux qui s’efforçaient de nouer une communauté réelle avec le lointain et le proche »

Jésus était un de ces anciens créateurs de sphères que le peintre Giotto a mis en évidence dans le face à face avec Judas.

« Christ, une force ouverte, créatrice de sphère, qui réintégrait même le traitre dans son espace. »

(Ibid. Entre les visages. page 167)

La trahison de Judas détail. Giotto

« Dieu est une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part » 

(Blaise Pascal. Pensées)

Blaise Pascal (1623-1662)
Augustin d’Hippone (354-430)

« Où devrais-je t’appeler, puisque je suis encore en toi »

(Saint Augustin, Confessions, livre I, 2, 2)

« Que j’ai commencé tard à vous aimer! Vous étiez au-dedans de moi et moi j’étais en-dehors de moi…Vous étiez avec moi, mais je n’étais pas avec vous »

(ibid. Livre 10. 24,27)

Ces bulles d’écume que nous sommes aujourd’hui, côtes à côtes mais cloisonnées, indifférentes les unes des autres, vont-elles finir par éclater et nous livrer à l’inconnu? Sommes-nous vraiment dans les temps de la fin, en tous les cas pour cette bulle géante européenne déjà évaporée depuis longtemps dirait Michel Onfray?

Sans Dieu, ni Empire, ni Patrie, toutes ces belles sphères qui ont explosé dans le ciel occidental l’angoisse monte. La haine et la colère aussi. Sans un processus de remplacement ça risque d’être hard. 

Alors on s’estime heureux d’avoir un job, une bagnole, un smartphone encore à jour. Notre sphère à nous, c’est devenu l’Internet. Mais ce n’est plus la même chose.

Réseau global internet

Si on regarde autour de nous, à travers les parois de nos bulles que sont nos écrans, on se motive de cette chance: être né dans un pays riche.

Il paraît qu’un milliard d’humains sur terre n’aura jamais notre chance inouïe: ni petit découvert à la banque, ni voiture d’occase à crédit, ni même un abonnement à Netflix pour oublier qu’il baisse les bras lui aussi. 

Ce milliard du fond du fond qui n’a même pas accès à la sphère de l’Internet mais que nous pouvons observer dans nos tablettes nous gâche la joie de tous les jours, cette joie d’être dans une Europe agonisante, mais en paix.

Je me demande parfois si une loi physique encore inconnue nous échappe. Depuis que la mondialisation sauvage sème son chaos, les politiciens nous haranguent de leur patrie chérie comme un coach son équipe de football. Désignant l’adversaire comme à l’époque des sphères des États-nations, ils nous font croire aux luttes patriotiques, aux victoires des héros, au repos du guerrier sur des plages de sable fin, les comptes en banques renfloués et les étrangers refoulés.

Mais l’hypnose nationaliste ne prend plus.

Les promesses faites à chaque campagne électorales sont un peu comme des îles paradisiaques dans l’œil du cyclone. Et ce cyclone ne fait que se renforcer.

Comment accéder un jour à ce vivre ensemble quand tant d’autres ensembles plus fragiles se désagrègent sous nos yeux, sans que rien ne puisse être fait efficacement? Définitivement? 

Les révolutionnaires disaient des camarades qu’ils formaient un « corps unique ». Oserons-nous dire après eux que ce corps unique n’est pas seulement fait des prolétaires mais de l’humanité toute entière? Ci-dessus, Peter Sloterdijk écrit « semble-t-il » en ce qui concerne l’impossibilité d’une communauté réelle unissant lointain et prochain. Est-il possible d’espérer quelque chose de ce « semble-t-il?

Léon Trotsky voulait armer les ouvriers; en voyant cette écume en déliquescence, il se retourne peut-être dans sa tombe.

Headshot of Russian Revolutionary political leader and author Leon Trotsky (1879 – 1940), 1930s. (Photo by Hulton Archive/Getty Images)

Tout comme la révolution, la science était porteuse de promesses sphériques, protectrices comme un dôme épais. Alliée à une politique éclairée, Victor Hugo y croyait.

« Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde; la souffrance est une loi divine; mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère » 

(Victor Hugo, discours à l’assemblée nationale législative de 1849)

Les découvertes scientifiques sont encourageantes. Alliée à la bulle technologique, pouvons-nous nous accrocher à ce « semble-t-il » de Peter Sloterdijk et créer cette sphère improbable, cette immunité minimale pour tous, prochain ou lointain, au-dessus de cette Europe écumante?

Par-delà les politiques classiques, la nature nous montre-t-elle des signes? Par exemple le théorie quantique nous a appris que de minuscules particules sont capables de rester en relation même à des distances astronomiques. On nous explique que dans l’univers, une espèce de toile d’araignée appelée matière noire est tissée entre chaque corps célestes et s’étend à l’infini; qu’elle est même là entre vous et votre écran!

Matière noire reliant les corps lumineux

On a découvert des communications entre les arbres et les plantes qui s’entraident. 

Les arbres s’entraident

Certains animaux dont le congénère est en danger ne forment qu’un seul corps pour se protéger du prédateur. Observez bien fuir le rapace.

Question:

Faut-il toujours un agresseur pour créer une sphère de défense? Si oui, doit-on attendre une agression extra-terrestre pour qu’un jour l’humanité toute entière réagisse de la même façon ?

« Notre vraie nationalité est l’humanité »

Herbert-George Wells

Certains croient en un Dieu unique, d’autres à plusieurs; d’autres croient toujours en la révolution. Les plus costauds comme Onfray ou Sartre ne croient qu’au néant. Il en faut pour tout le monde.

Dieu, Patrie, Révolution, Science ou Néant, aucune de ces entités n’a été capable de créer ce mouvement d’union des peuples, ne serait-ce qu’un bref moment dans l’histoire de l’humanité. L’équilibre, la justice, le partage, la solidarité, etc… Homo-Sapiens a-t-il inventé ces mots pour quelques pétitions de quartiers ou des corporatismes vengeurs?

Quant à cette tour de Babel dont parlait la Bible…Les hommes voulaient se hisser vers Dieu, mais ça l’a rendu furax. Résultat, il a séparé l’humanité. Comme si sa gigantesque bulle avait été crevée par notre construction orgueilleuse.

Depuis, il y a des drapeaux, des langues, des nations qui tracent des frontières et érigent des murs barbelés entre-elles. Plus personne ne veut se comprendre. Les pères de l’église chrétienne voyaient Babel comme un péché de la multiplicité contre l’unité. Je n’ai jamais compris ce paradoxe insurmontable: les hommes s’unissent pour rejoindre le ciel de Jahvé; mais Jahvé, fâché par cette entente, les désunit pour toujours?  

(Je prends volontiers les explications d’un expert en religions. Merci!)

Même en terre d’Islam où la sphère de Dieu tient encore, il n’a jamais été question de s’unir à lui. Blasphème absolu. Pour avoir battu le tambour de l’unité, le Martyr soufi Al-Hallaj (858-922) en a fait les frais.

Exécution de Mansour Al-Hallaj pour son traité de l’unité. 

Je croyais que chercher à s’unir était un signe majeur d’amour? Quel mal Dieu le père peut-il bien y trouver? Quelle souillure ne pourrait-il pas purifier en ses créatures, lui qui nous a fait à son image?

Bien curieux ce pape, censé représenter le Christ sur terre, qui invite même les soufis au Vatican! Ce pape « pas mal du tout » comme dit Jean Ziegler dans la vidéo ci-dessus…Est-ce un signe d’amour?

Adeptes de Rumi – Sema Mevlevi (Turquie)- 2014

Impossible avec Dieu, l’unité sera-t-elle un jour possible un jour sur terre avec les musulmans et les juifs du patriarche Abraham, notre ancêtre commun? 
Ibrahim en arabe: النبي ابراهيمAbram en hébreux: 
 אַבְרָם‎‎
De la même manière qu’il lui a stoppé le bras pour sauver son fils Isaac

Le sacrifice d’Isaac. Le Caravage. 1603

Stopperait-il une union vers lui moins orgueilleuse? Sans idoles dressées vers les hauteurs, accepterait-il ce plan B de Babel pour les bulles perdues que nous sommes?

Adoration du veau d’or. Nicolas Poussin

Nous insistons toujours dans la verticalité d’une idolâtrie à peine masquée.

Statues les plus hautes du monde

Plus c’est haut, plus c’est fier, plus ça menace de tomber.

Conclusion

Pouvons-nous recommencer Babel différemment sans recevoir les foudres divines? Sommes-nous capables d’un chef-d’œuvre architectural de l’horizontalité? Pour filer la métaphore de Peter Sloterdijk, un ouvrage inédit qui se faufilerait partout entre les petites bulles d’écume moribondes et renforcerait les parois des plus faibles, insufflant même une petite bulle d’air à ceux qui asphyxient?

Il ne nous reste que très peu de temps et de solutions. Notre Babel future doit oublier les hauteurs vaines du ciel et renforcer sa base terrestre. Plus elle s’étendra, plus elle sera solide et s’offrira à tous ceux qui agonisent en silence, sans toit ni plancher ni murs ni aucune sphère autour d’eux.

Alors Dieu peut-être, trouvera t-il ça juste et bon?

Merci de votre attention.

Michel Fiorelli

Publié par Maior Liberis

J'ai été fan de Michel Onfray de longues années ...Mais je prends mes distances, à la fois reconnaissant, déçu et en colère. Ce qui me motive? Vous le découvrirez avec plaisir j'espère ... Merci de votre attention!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :