La thèse onfraysienne mise en scène ou l’arnaque Jésus de Nazareth

Jésus peut-il être le fruit d’un imaginaire mis en place par un petit groupe de prêtres corrompus? Voici un exemple de ce qu’aurait pu être la forgerie secrète, thèse défendue par Michel Onfray.

Ce petit texte est une pure fiction.

- Mes frères, ce soir j'ai une idée fantastique à vous soumettre.
La congrégation pénètre dans une grande grotte après un long escalier menant aux catacombes. 
- Ce Messie, reprend le maître de l'assemblée qui ouvre la marche, cet élu, faisons-le naître maintenant. 
- Trop tôt! répondent deux autres prêtres qui lui emboitent le pas. La longue descente débouche sur une vaste crypte éclairée par une dizaine de torches. Les membres de la congrégation prennent place autour d'une grande table taillée à même la roche, dont le pied épais en forme de champignon est sculpté d'un seul bloc.
 - Personne de nous ne veut la révolution on est bien d'accord? reprend le plus âgé du groupe. 
- Non, ça suffit. L'empereur commence à nous apprécier. Voulez-vous tout perdre ? Regardez où l'on vit, ce palais, ces victuailles raffinées, ces servantes parfumées qui s'agenouillent devant nous!
- Elles sont si belles ces philistines! s'exclame le plus jeune.  
- Et tous ces centurions musclés! dit un autre en joignant les mains.
Rire général qui résonne sur les murs humides. 
Les membres de la forgerie secrète ont tous pris place. L'homme assis devant la pile de vieux parchemins lève le bras. 
- Du calme mes frères! Un peu de tenue!! Ce que nous faisons va peut-être changer l'histoire. Noter bien ceci: notre messie s'appellera Yeshoua, Jésus, c'est à dire celui qui sauve. 
- Pas mal du tout ce prénom! ça change un peu. Et qu'est-ce qu'il va faire ton sauveur? 
- Il va calmer les foules pour l'éternité je vous le dis en vérité. 
- Comment vas-tu t'y prendre, demande un autre en ouvrant son grimoire devant lui. Les autres l'imitent. 
- On va  faire de ce prophète un super-prophète. 
- Comme Ellie? demande l'un. 
- Un Ellie puissance dix mon frère. 
- Continue, dit l'autre copiste en bout de table, en remplissant l'encrier central, qu'est-ce qu'on lui fait faire? 
- Il ressuscitera… 
- Mais c'est du réchauffé!  l'interrompt-il, on a déjà cette résurrection dans l'ancien testament...ce fils de la pauvre veuve…
Il ouvre un étui de cuir posé à ses côtés. La  gravure  "règne de Salomon" luit un instant sous la lampe à huile. 
- Ha! voilà! c'est là, dans les annales de Salomon . 1 Rois, chapitre dix-sept, verset dix-neuf.
 - Je sais, je sais... mais notre Yeshoua à nous sera encore plus puissant. Il guérira tous les malades, rendra la vue aux aveugles…
- Attends, parle plus fort crie celui en bout de table, plume à la main, j'entends rien!
- J'ai dit: Il sera le plus grand guérisseur de tous les temps!
- Rien de nouveau sous le soleil mon frère! 
- Laissez-moi finir! crie soudain celui qui semble être le maître de l'assemblée sous-terraine. 
L'écho se sa voix ricoche sur les stalactites suintants. Deux des plus jeunes copistes figent leur plume dans l'encrier. L'ombre des capuches danse sur la roche humide, tandis qu'un brouhaha s'élève peu à peu dans la grotte. 
Réprimant une démangeaison pubienne sous sa toge, le chef de la congrégation attend patiemment que le silence retombe autour de la table. Il reprend: 
- Il ressuscitera lui-même!!
- Pardon ? Peux-tu répéter?  
- J'ai dit : il ressuscitera en chair et en os, trois jours après sa crucifixion.
- Wahouuu! Tu y vas un peu fort mon frère! 
-  Plus c'est gros plus ça marche! crie le copiste en écrivant soigneusement. Bien vu maître! Magnifique! Celui qui aurait pu être son frère l'imite.
- Attendez, il faut dépasser l'ancien testament sinon ça sert à rien dit un autre en grimaçant.
- Oui tu as raison. C'est pour cela que Yeshoua ressuscitera non seulement lui-même, mais aussi tous ceux qui suivront sa doctrine. Voilà mon idée. Qui dit mieux?
Il jette un regard sur tous les membres, soit douze moines.
- N'exagère quand même pas! répond son acolyte les bras en croix, ça va faire désordre chez l'empereur tous ces ressuscités dans les rues…
- Ha! c'est vrai ça, j'y avais pas pensé, répond-il dans sa barbe.
Soudain son regard s'illumine et renvoie les reflets de la lampe à huile posée au milieu.
- J'ai une idée! La résurrection ne se fera pas sur terre mais… dans un autre monde! 
- Un peu facile non? Si tout le monde ressuscite au paradis...Comment tu évites le capharnaüm sur terre? 
Râle de mécontentement dans l'assemblée.
- Mais maître, nous avions dit le calme, les brebis n'aiment pas la violence et le désordre.
- Justement, il y aura une condition à la résurrection.
Nouveau silence autour de la table.
- Laquelle? demandent les scribes impatients.
- "Aime ton prochain comme toi même" Dit solennellement le maître de l'assemblée.
- Pas mal, répond le premier copiste en écrivant la phrase sur le parchemin. 
- Voilà l'antidote. Point de révolution. Le peuple sera toujours le peuple. Vous connaissez le proverbe. Poignez vilain il vous oindra; oignez vilain il vous poindra. 
- Exact! répondent-ils en chœur.
Le plus silencieux jusqu'à présent se lève brutalement; la poussière de sa cape dessine des spirales dans la lumière des torches.
- Où vas-tu mon frère?
Il se retourne, bondit sur la table de pierre, et clame d'un ton théâtral: 
-  "Si on te frappe sur une joue, tend l'autre!"
Applaudissements nourris de la tablée de scribes. Le jeune frère marque une courbette et dans un saut léger, se rassoie à sa place.
- Bravo! Bravo!
- Excellent!
Le chef reprend la parole:  
- Génial mon jeune ami! Notez bien tous. Avec ça, on est tranquille pour un moment. Ecrivons ça proprement dans les parchemins. Qui prend les psaumes? Qui s'occupe de la Tora? Qui cherche les prophéties dans toutes ces paperasses?
- Terminé les problèmes! Adieu "œil pour œil dent pour dent!" Vive "Tend l'autre joue!"
- Oui, voilà la vraie paix de Dieu! Celle du Fils de l'Homme, ami de César et des rois, et frère des va-nu-pieds à la fois! 
- Pour Yeshoua hip hip hip!
- Houraaa!  
- Frères!, frères! allons fêter ça! Allons faire la fête au palais!
Une clameur de joie et de rires s'élève. Les gros parchemins se referment en crachant la poussière.
- Ho oui! y'a pas le feu au lac. On écrira tout ça demain. J'ai le ventre qui gargouille. 
- Damnation il est tard! dit le plus âgé en triturant sa barbe blanche, j'ai la dalle aussi. Tu as raison mon frère. Allez! on reprend tout ça demain. J'ai rendez-vous au temple ce soir.
- Ha! maître, vous aussi? Qui est-ce?
- La jeune blonde, la philistine qui souhaiterait se convertir.
- Quelle beauté! Moi c'est son frère qui me plaît bien. Il m'a demandé de lui apprendre la prière.
- Haa! le coquin! Tu iras en enfer mon ami!
- Ha!Ha!Ha!

La joie sur les visages, torche fumante à la main, la congrégation quitte la table et remonte le long escalier vers la surface. Les rires s'éloignent tandis que l'obscurité retombe dans la crypte.   
Le rajout douteux en question chez Flavius Joseph

Merci de votre attention!

Publié par Maior Liberis

J'ai été fan de Michel Onfray de longues années ...Mais je prends mes distances, à la fois reconnaissant, déçu et en colère. Ce qui me motive? Vous le découvrirez avec plaisir j'espère ... Merci de votre attention!

4 commentaires sur « La thèse onfraysienne mise en scène ou l’arnaque Jésus de Nazareth »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :