Slam 3 ( l’Histoire )

Espérer le pardon d'une nation?
Les excuses d'un pays?
Ou calmer d'un sermon, 
Une foule en furie?
Ou bien faire raisonner,
Un stade enragé?
On peut rêver!

L'histoire est une psychopathe,
Qui ne regrette ni lieu, ni date,
Une très méchante dame,
Qui a vendu son âme,
À l'orgueil et la Gloire.
Elle comparaît à la barre,
Dos tourné à ses victimes,
Prête à renier ses crimes.

Guerres, génocides, esclavage,
Ses invasions sauvages,
Elle appelle ça "colonies",
Faites pour le bien d'autrui,
C'est du moins ce qu'elle dit,
Pour assurer sa défense.
Plaider son innocence,
Sans avouer l'outrage,
La spoliation sans partage.

Elle chante l'hymne national,
Le sang impur de la honte,
Sous des stèles et statues de fonte,
Mais l'histoire disait Orwell,
On lui fait dire sa ritournelle,
Selon que vous serez,
Puissant ou misérable,
Racontait cette fable,
Selon que vous serez,
Colon ou colonisé.
  
L'histoire préfère combattre,
Plutôt que de débattre, 
Elle choisit l'autorité,
La force et l'arrogance,
L'oubli ou la vengeance,
Elle n'aime surtout pas,
Les Mea-culpa,
Les réparations,
Toute autre contrition.

Retourner sa veste?
Pour ça, elle a le geste,
Mais fuit l'égalité,
Comme la peste, 
Et sa sœur mort-née,
Qu'on appelle fraternité,
Elle déteste.

L'histoire exhorte les foules,
Les masses qui se défoulent,
Par les insultes acerbes,
Elle flatte l'obscurantisme, 
La haine et le racisme, 
Se méfie du beau verbe,
Et surtout du compromis,
Son pire ennemi.

L'histoire c'est notre honte,
Notre croix à porter,
Aussi loin que remonte,
Sa mémoire falsifiée,
Elle poursuit l'hécatombe,
De déni et de bombes, 
Au service de ses sbires,
Qui justifient le pire,
Pour des affaires d'empire.

Depuis la préhistoire,
Homo-Sapiens, Neandertal,
Cro-Magnon,cannibales…
C'est une affaire tribale,
Jusqu'au journal du soir,
L'histoire est une star,
Qui n'a pas de conscience,
Habillée de Violence,
Et fardée de pouvoir.


Alors on crie:
Réparation!
Redistribution!
Réconciliation!
Mais qui fera entendre raison?
À cette étrange Dame,
Cette femme infâme,
Déesse et diablesse,
À la fois,
Qui ne passe jamais à confesse,
Ma foi...

Qui brisera le cours,
De l'éternel retour?
De cette folle histoire,
Des cartes et du territoire,
Des frontières, des nations,
Dont nous sommes tous les pions.

Quel prix Nobel faut-il qu'on donne,
Quelle cloche faut-il qu'on sonne,
Pour comprendre sans plus d'erreurs,
 - Que Martin Luther nous pardonne! -,
Que les limites sont des leurres,
Dont les lignes passent par les cœurs?

Albert Camus lui, l'avait vu,
Mais Jean-Paul Sartre a vaincu.

En conclusion:
Nous posons calmement la question,
Pour les futures générations,
Portées par ce fol espoir,
D'une auto-rédemption,
Ce souhait illusoire:   

Qui vaincra un jour ce noir,
Dans ce capharnaüm? 
Qui tuera un jour l'histoire,
Avant qu'elle ne tue l'Homme? 


Merci de votre attention.
 
Slam 3, en souvenir d'Albert Camus.

(Roman de S-F à venir )

La Scapigliata. Da Vinci
Radio, télé, internet,
Depuis belle lurette,
Pratiquent une hypnose,
Dont on est la chose,
Le sujet docile,
Dont l'avis bascule,
Tout comme un pendule,
Tenu par un fil.

La corruption religieuse est la superposition quantique de la corruption politique.


Publié par Maior Liberis

J'ai été fan de Michel Onfray de longues années ...Mais je prends mes distances, à la fois reconnaissant, déçu et en colère. Ce qui me motive? Vous le découvrirez avec plaisir j'espère ... Merci de votre attention!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :